Volvo V60 Cross Country 2015, classe à part

Tiens, une Volvo. Je ne sais pas pourquoi, mais j’avoue timidement que j’avais une idée préconçue envers l’image du fabricant suédois. On sait que c’est prestigieux, mais on ne s’en targue pas trop… Une sorte de richesse tranquille, le luxe effacé.

Volvo V 60  Cross country-9[review]

D’emblée, je n’ai jamais eu d’attrait pour une familiale. Je suis très sensible à l’esthétisme d’une voiture et j’ai souvent eu l’impression que ce format infligeait aux véhicules une silhouette souvent disgracieuse trop allongée. Comme si on cherchait à maximiser l’espace au détriment du style. Particulièrement chez Volvo dont les formes ont été longtemps très « carrées ». Mais à l’essai routier de la première édition de la V60 Cross Country, mes préjugés ont commencé à tomber.

La belle Suédoise

À mi-chemin entre une berline et un VUS, son physique est conservateur mais tout même attrayant avec sa ligne de toit légèrement plongeante à l’arrière et son joli nez. Musclée et élégante à la fois. On a l’impression qu’avec elle on ira partout, du centre-ville aux chemins de terre battue. En prenant place dans son habitacle, l’impression de raffinement se poursuit avec le design dynamique de ses lisières chromées sur les portières ainsi que sur la partie centrale de la console, bien dessinée, qui s’invite jusqu’aux sièges avant. Cette même console cache un rangement à l’arrière et accueillent sobrement les principales commandes qui malheureusement sont plutôt complexes d’utilisation. Contrairement à certaines concurrentes munies d’écrans tactiles hyper intuitifs, la navigation à travers les différents menus de la Volvo V60 demeure ardue et complexe et son petit écran trop en retrait parait désuet. En échange, le visuel du tableau de bord stylisé est un plaisir pour les yeux avec son cadran dont on peut choisir le thème selon son humeur; élégance, éco et performance (sur les versions Premier et supérieures).

Tout pour plaire

À son bord, la conduite s’est révélée un pur plaisir. D’abord le grand confort de ses sièges avant à réglages électriques en 8 positions (de série), qui n’ont jamais rien eu à envier à la concurrence. Quoique l’assise soit un tantinet trop profonde pour celles qui ont les pattes courtes comme moi, ils sont juste assez moelleux et enveloppants pour pouvoir aller loin sans se tortiller d’inconfort. Le volant gainé de cuir, agréable en main nous donne la sensation d’une conduite sportive. Sur la route, on sent la Volvo V60 Cross Country robuste et solide et sa tenue de route est impeccable.

On le sait, la réputation de sécurité n’est plus à faire chez Volvo et ce sentiment de sureté sort des pores de la carrosserie de ma belle Scandinave tout équipée à l’essai. Selon l’édition et les options choisies,  tout peut y être pour celles qui veulent se sentir blindées. Un régulateur de vitesse adaptatif qui maintient une distance sure entre vous et le véhicule devant, une caméra 360 degrés qui vous permet de visualiser votre véhicule dans tous les angles lors des stationnements, l’information sur les angles morts, le maintien sur votre voie, le système d’alerte de collision avant et j’en passe. J’ai beaucoup apprécié le système de navigation que j’ai trouvé très complet. Entre autres, un indicateur qui repère automatiquement les stations-service à proximité lorsque le niveau de carburant est bas. Vous pouvez également repérer les cafés Starbucks ou votre préféré en un coup d’œil, pour celles qui battent le pavé et sont parfois en manque de café… Et pour se réveiller, je ne passe pas sous silence la qualité exceptionnelle de la chaîne audio Harman Kardon dont j’ai grandement tiré profit.

Que demander de plus à la Volvo V60 Cross Country pour une expérience parfaite? Peut-être un peu plus d’espace de rangement… Tout dépend de ce que vous avez à déménager. J’aurais aimé également un peu plus de petits compartiments. Mais somme toute, ce véhicule demeure polyvalent et saura plaire à celles qui recherchent une familiale qui se démarque. Et sous le capot? Un moteur 5 cylindres de 2,5 L qui développe une force de 250 chevaux ainsi qu’un couple de 266 lb-pi. Celui-ci est joint à une transmission automatique à 6 rapports et 4 roues motrices. Côté consommation de carburant, j’ai fait en moyenne environ 10L/ 100 km, ce qu’annonce le fabricant.

En conclusion, je fais mon mea culpa. J’aurais aimé poursuivre mon chemin encore et encore avec la belle Suédoise…

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here