Essai routier long terme : Mazda CX-3 2016

Il est sexy, attrayant et joli. Dès sa sortie en fait, il attiré les regards et l’attention. Un premier essai sur route au lancement, puis un second durant quelques jours, nous a permis de savoir comment se comportait le petit Mazda CX-3 sur nos routes. Mais il fallait un peu plus, et surtout un peu plus de temps, pour en percevoir les qualités et les défauts.

mazda-cx3004[review]

Des qualités, le Mazda CX-3 en a beaucoup. Comme tous les véhicules de la famille, il affiche le dynamisme de conduite et les sensations que l’on s’attend d’un véhicule de cette taille. Son petit moteur 2,0 litres 4 cylindres s’est avéré nerveux et vif.

Et ô bonheur, parce qu’il bénéficie de la construction SkyActiv, c’est-à-dire d’une technologie allégée et diminuant la friction, il a aussi profité d’une diminutive consommation de carburant. Au total, alors que notre essai s’est déroulé sur plus de 3000 kilomètres et sur plusieurs semaines, nous avons maintenu une moyenne de 7,7 litres aux 100 kilomètres en mode combiné.

Une moyenne véritablement intéressante, en prenant en considération que nous n’avons fait aucun effort particulier en matière d’économie (lire ici que nous avons particulièrement apprécié le mode Sport qui permet des accélérations plus franches au besoin, au détriment de la consommation), et que nous avons aussi passé une bonne partie de notre essai en pleine zone urbaine.

Mieux encore, il faut préciser que puisqu’il s’agissait d’un essai long terme, différents conducteurs et leurs différentes habitudes de conduite se sont succédé à son volant, entraînant une consommation tout aussi variable.

Pratique, mais juste un peu

Là où le petit Mazda CX-3 pèche cependant, c’est du point de vue polyvalence. Évidemment, puisqu’il est construit sur la structure de la Mazda2 européenne, on ne s’attendait pas à un espace intérieur exceptionnel. Mais le design, inspiré du style Kodo qui dicte désormais les lignes de toutes les voitures Mazda, a aussi ses limites.

mazda-cx3011En insistant sur l’aérodynamisme et les lignes effilées, le design mise aussi sur un toit abaissé, et une ligne de toit recourbée vers l’arrière. Le résultat est donc un espace pour les matériaux disons limités, pour ne pas dire vraiment étroit, qui sert tout juste à transporter les quelques sacs de l’épicerie hebdomadaire de la famille.

Impossible, par exemple, pour une des conductrices mère d’un jeune enfant d’y loger la poussette ou les autres accessoires indispensables, sans compromettre le transport d’autres marchandises. Le Mazda CX-3 vise donc une clientèle moins familiale, et davantage le jeune couple actif.

Habitacle et conduite

Dans l’habitacle, le milieu de vie est intéressant. On ne me fera pas dire que le système multifonction Mazda Connect est le plus convivial ou le plus intuitif de l’industrie, mais il réussit à faire le boulot. Je dois cependant dire que, même après plusieurs semaines, il m’arrivait encore de chercher certaines fonctions.

mazda-cx3008Autre détail, qui ne m’affectait cependant pas personnellement, les assises de sièges sont particulièrement courtes. Certains conducteurs ayant des jambes plus longues ont donc trouvé les randonnées les plus longues un peu inconfortables.

En revanche, il faut saluer le type de conduite du Mazda CX-3. Malgré sa petite taille, il se faufile avec grâce dans toutes les situations, et ne se gêne pas pour montrer toute la vivacité de sa direction.

Bon mot aussi pour les systèmes de sécurité électroniques embarqués, notamment l’avertisseur de changement de voie et le détecteur d’angles morts. L’affichage tête haute est aussi agréable. En revanche, il faut compter sur la version GT pour obtenir tous ses éléments optionnels.

Rouage intégral, suspensions rigides, il faut aussi dire que le petit CX-3 se tire bien d’affaire dans toutes les situations.

Après un tel essai, difficile de se départir du petit véhicule. Bien sûr, son exiguïté le rend parfois moins pratique, mais en matière de conduite urbaine, et de style il faut bien l’avouer, le Mazda CX-3 frappe dans le mille.

En fait, à l’image de toutes les Mazda, il a su préserver son plaisir de conduite, sans compromis. Ça ne plaît pas à tout le monde, mais c’est pour moi un indéniable avantage sur ses rivaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here