Accueil / Essais Routiers / PREMIER ESSAI: Mazda CX-5 2017

PREMIER ESSAI: Mazda CX-5 2017

Naviguer son choix parmi la quantité impossible de véhicules utilitaires multisegments (VUM) est maintenant une tache plus difficile que de résoudre le problème de mathématiques de mesure statistiques à corrélation linéaire de votre enfant de secondaire quatre.

2017 Mazda CX-5

Les variables sont innombrables et chaque véhicule propose un aspect supérieur à un de ses concurrents. C’est pour cette raison que nous, chroniqueurs automobiles, mettons à l’épreuve les voitures pour ensuite vous aider à faire votre choix à l’aide d’un compte rendu plus ou moins étoffé. Suite à l’essai du nouveau CX-5 2017 de Mazda, on peut vous rapporter que les manques ou les défauts sont très peu nombreux.

Selon les critères des acheteurs moyens d’un VUM compact, le CX-5 ne vous laissera pas tomber. Si vous rechercher confort, raffinement, rangement et un agrément de conduite, vous risquez de vous retrouver face à face au Mazda. Laissez-nous vous en dire plus.

Dès le premier coup d’œil, il est difficile résister au charme physique du CX-5, surtout lorsque peint en Rouge Vibrant. La calandre avant est puissante, mais non imposante et les lignes de la carrosserie sont élégantes et dynamiques.

L’important pour tous, par contre, est l’aspect utilitaire du CX-5. Mazda s’est efforcé de reprendre le meilleur du modèle précédent tout en améliorant l’ensemble de l’oeuvre. Les portières arrière ont une ouverture plus importante aidant l’accès à la banquette, parfait pour placer la coquille avec bébé. Le dossier s’incline à présent ce qui augmentera le niveau de confort pour le bambin de 10 ans. Le coffre est accessible à l’aide d’un hayon électrique optionnel et utile. Ce dernier s’ouvre pour dévoile le nouveau plancher de chargement entièrement plat.

La planche de bord épurée est d’une navigation aisée et on s’ajuste rapidement à la molette de sélection pour les menus de l’écran. On peut aussi y aller de manière tactile plus intuitive. Malheureusement, l’affichage et les graphiques sont datés, mais les options de connectivités suffisent malgré l’absence actuelle de Apple CarPlay et Android Audio. Les places avant sont confortables par contre l’appui-bras est trop court et éloigné vers l’arrière. En revanche, les espaces de rangement sont généreux, en particulier dans les portières avant.

Au niveau des performances et de la consommation, le nouveau CX-5 de Mazda n’a rien à envier à la compétition. Son 4-cylindre de 2,5 litres légèrement remanié a gagné en puissance cette année et dispose maintenant de 187 chevaux. Un 4-cylindre de 2,0 litres existe aussi, mais son rendement est juste. Mieux vaut opter pour le 2,5 litres, qui est offert de série avec une boite automatique à 6 rapports. La traction intégrale i-Activ est une option judicieuse. En format GX bas de gamme, le tout est disponible dès 28 300$. De base, le CX-5 se détaille à 24 900$. À savoir, un moteur diésel sera offert à la toute fin de 2017.

Le roulement du nouveau VUM compact de Mazda est excellent. La combinaison des efforts importants au niveau de l’insonorisation de l’habitacle et de la venue du contrôle vectoriel-G élève le raffinement du CX-5 « modeste » à celui d’un véhicule plus luxueux, et évidemment plus couteux.

La base de ce CX-5 est partagée avec l’ancien donc plusieurs composantes reviennent à la charge. La direction est révisée ainsi que les temps de réponse de l’accélérateur et de la transmission. Le VUM de Mazda impose un sentiment de confiance et de sécurité très appréciables. Le tout se traduit par un comportement sain, sécuritaire et soigné.

Le Mazda CX-5 2017 se pointera en concession dès la fin du mois de mars. Si vous magasinez un tel véhicule, jetez un coup d’œil vers les Honda CR-V et Toyota RAV4. Le Mazda risque de vous séduire non seulement par son look, mais aussi par son rapport équipement/prix.

À Propos Mathieu St-Pierre

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*