Accueil / Essais Routiers / Premier Essai: Nissan LEAF 2018

Premier Essai: Nissan LEAF 2018

Avez-vous encore des doutes quant’à la validité de la voiture électrique? Allez faire un bref essai routier de celle qui vous intrigue le plus. Si vous voulez mon opinion, commencez chez Volkswagen pour faire un tour en e-Golf ou, mieux encore, chez Nissan pour prendre le volant de la toute nouvelle LEAF 2018.

Nissan Leaf 2018

C’est justement pour vous que la firme japonaise a complètement révisé l’esthétique de leur première voiture 100% électrique. Question quiz : La première voiture hybride de Nissan, l’Altima hybride 2007, n’arborait pas un groupe propulseur hybride de Nissan. De quel constructeur provenait-il? Réponse : Toyota. Faut dire que Nissan a progressé à la vitesse de l’éclair puisqu’en 2011, la LEAF fut la première voiture électrique produite pour la consommation de masse.

Parlons du look

La LEAF 2018 de Nissan s’apparente à un croisement entre le Rogue et une Sentra et malgré que l’image semble de mauvais gout, le résultat est même très bien. La nouvelle LEAF rejette les formes amphibies de la génération précédente en faveur d’un design plus classique, et fort plus attrayant. Le format 5 portes à hayon demeure jumelant toujours le fonctionnel à l’agréable.

L’habitacle aussi gagne aussi esthétiquement dans le renouveau de la voiture. La planche de bord plus conviviale retient certaines commandes dont celles de la climatisation et le levier de vitesse unique. L’ensemble est ergonomique et propose une navigation simple.

Techno partout

L’écran central de 7 pouces affiche efficacement une panoplie d’option de connectivité, notamment Apple CarPlay et Android Auto et l’image virtuelle composite en plongée à 360 degrés des quatre caméras livrables chez certaines versions.

À l’avant du levier de vitesse, on retrouve les commandes pour le e-Pedal, et certains modes de conduite. Et, c’est sur le volant que se retrouve le bouton ProPilot, disponible dans les versions SV et SL.

En quelques mots, e-Pedal se veut mode de conduite ou l’utilisation du freinage mécanique n’est pas nécessaire, ou presque. Son efficacité en ville, alors que le freinage régénératif est maximisé, surprend au début, mais on s’y fait rapidement. Le point est que l’ensemble des voitures hybrides enfichables et électriques jouissent de telles fonctions. ProPilot est un système d’entraînement autonome de niveau 2. Il fait appel au régulateur de vitesse intelligent, d’une caméra frontale et d’un radar pour suivre le trafic. Il s’arrêter complètement en cas de besoin jusqu’à trois secondes après quoi le conducteur devra appuyer sur l’accélérateur. Sur l’autoroute, le système exige un signe de vie du conducteur toutes les 15 secondes environ.

Ces deux technologies ont été mises de l’avant chez Nissan lors de l’introduction de la nouvelle LEAF 2018, mais l’important n’est pas là.

Plus de tout ce dont vous avez vraiment besoin

N’allez jamais croire qu’une voiture électrique n’est pas rapide – cherchez des vidéos d’accélérations de Tesla Model S P100D pour le plaisir. Vu la gamme de prix, qui débute à 35,998$ (vs 100 000$), on ne peut s’attendre à de telles performances, mais croyez-moi quand je vous dis que la LEAF est rapide.

La LEAF 2018 de Nissan arbore une batterie de 40 kWh qui a principalement pour effet une autonomie de l’ordre de 242 kilomètres. Jumelé à son moteur électrique de 110 kW, la LEAF 2018 dispose de 147 chevaux et 236 lb-pi de couple. Ces statistiques sont de loin supérieures à la majorité des voitures compactes à essence modernes.

D’un départ-arrêté, la LEAF est vive et accélère instantanément, comme tous les véhicules électriques. Comparées à la LEAF précédente, les manœuvres de dépassement sont moins ardues et plus reposantes grâce à l’augmentation de puissance.

La sérénité électrique en tout point

Le comportement routier de la LEAF vous plaira, j’en suis convaincu. Elle compose avec un châssis bien rigide et une suspension souple, et confortable. En ville, l’ample débattement des amortisseurs annule l’ensemble des imperfections de la route. Prendre l’autoroute ne change rien au confort de roulement. La LEAF ne flotte pas et demeure bien arrimée au bitume. Même en campagne, sur vos routes favorites, la voiture ne démontre qu’un minimum de roulis alors maintient son comportement sain. Combinez tout ceci à un silence digne d’un tombeau et prendre la route en LEAF devient un réel plaisir.

En 2011, recharger une voiture électrique pouvait s’avérer un vrai casse-tête. Le réseau de bornes de recharge est en pleine croissance donc pas besoin de trop s’inquiéter si vous cherchez à faire de longues distances. De plus, Nissan offre avec leur nouvelle LEAF 2018 un câble de recharge en mesure de charger à la fois au niveau 1 (120v) et au niveau 2 (240v) grâce à un adaptateur. Autrement dit, à la maison, vous n’avez plus besoin de vous procurer une borne de recharge. Vous n’avez besoin que d’une prise « de sécheuse » et le tour est joué pour des recharges rapides.

Un futur prometteur

Faire l’essai d’une voiture électrique est d’en adopter une. La Nissan LEAF 2018 une des meilleures de son espèce et mérite de l’attention. Si vous aimez le luxe, sachez que la version SL inclus le cuir, un système audio premium et bien plus pour 41 998$ sans les incitatifs provinciaux.

À Propos Mathieu St-Pierre

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*