Accueil / Essais Routiers / Premier essai : Audi e-tron Quattro 2019 – La foudre sans le tonnerre

Premier essai : Audi e-tron Quattro 2019 – La foudre sans le tonnerre

 

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

La première incursion d’Audi dans l’univers du tout électrique allait forcément se matérialiser sous les traits d’une voiture sport. Du moins, c’est ce que tout le monde pensait au Salon automobile de Francfort 2010 lorsque la marque aux anneaux leva le voile sur la version électrifiée de la R8. D’ailleurs, celle-ci devait connaitre les joies de la production en série, mais en cours de route Audi se ravisa. Dix unités furent produites.

Ce bolide logeait dans chacune de ses roues de petits moteurs électriques alimentés par une batterie de 389 volts pesant près de 600 kilos. Cette combinaison assurait à la R8 e-tron une autonomie de 250 kilomètres. C’était il y a dix ans.

Revenons à aujourd’hui.

Le premier véhicule de série officiellement coiffé du label « e-tron » (une abréviation maison de mots électrique et électronique; qui fait grimacer dans la langue de Molière) fera ses débuts au cours du deuxième trimestre de 2019. Ce modèle sera visible et disponible dans toutes les concessions de la marque, dit-on. Déjà, les intéressés sont invités à commander la leur. Le prix d’entrée a été fixé à 90 000 $. Ce modèle sera vraisemblablement éligible à une subvention de 3 000 $ du gouvernement du Québec, comme le sont actuellement la Jaguar I-Pace et les Tesla Model 3 Performance, S et X.

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

La e-tron se présentera donc sous les traits d’un utilitaire. Pour bien le visualiser, il est presque aussi long qu’un Q7, mais sensiblement de la même hauteur qu’un Q5. Vous voyez? Et son poids? L’équivalent, enfin presque, de deux Audi TT.

Contrairement à la R8 e-tron, cet utilitaire dépourvu d’échappements (et du moteur thermique qui vient avec) fait appel à des solutions techniques jusqu’ici maîtrisées. Le plancher, épais et lourd comme un solage étale sur toute sa longueur une batterie d’une capacité de 95 kWh de 700 kilogrammes. Celle-ci lui permet de parcourir approximativement un peu plus de 315 kilomètres sans ravitailler sur les voies rapides (140 km/h) d’Abou Dhabi. Les esprits les plus caustiques ne manqueront pas de relever que c’est peu comparativement à ce qu’Audi claironnait il y a dix ans avec la R8 e-tron. Et les disciples de Tesla n’en penseront pas moins. Et chez Jaguar? Elle sera sans doute rassurée puisque sa I-Pace évolue dans le même rayon d’action.

On peut discourir pendant des pages et des pages sur l’autonomie présumée et réelle des véhicules électriques et particulièrement de cette Audi. Il se trouvera sans doute quelqu’un pour affirmer que l’e-tron peut « aisément parcourir 400 km », tandis qu’un autre fera entendre sa déception de ne pouvoir en tirer plus de 300. Tout ce débat devient un peu lassant à la longue, car il y a tellement des variables, dont la personne assise entre le siège et le volant ou encore l’accessibilité aux bornes de recharge pour ne nommer que ces deux-là. Au sujet de la recharge, l’e-tron taille un point de ravitaillement dans chacune de ses ailes avant plutôt qu’une seule dans la calandre avant comme c’était le cas de la A3 e-tron (hybride) aujourd’hui disparue. Selon Audi, le temps de recharge varie de 30 minutes à 40 heures selon le type de borne. À noter qu’un ravitaillement en une demi-heure sera uniquement possible avec à l’aide d’une charge rapide de 150 kW. À l’heure actuelle, au Québec, la puissance des bornes de 400 volts du Circuit électrique est de 50 kW. À vos calculettes!

L’une des premières choses qui frappe en montant à bord de l’e-tron n’est pas tant de retrouver tout le mobilier de ce luxueux « salon » d’apparat, mais de noter la texture assez basique du revêtement du ciel de toit qui, d’ordinaire sur un modèle Audi de ce prix se trouve recouvert d’Alcantara. Cela dit, toutes les avancées de la marque se trouvent ici réunies. Du bloc d’instrumentation « Virtual Cockpit » au pavé tactile, tout y est. Enfin presque. L’innovation la plus marquante – des caméras plutôt que des rétroviseurs extérieurs – ne figurera pas sur la liste des équipements optionnels des e-tron vendues au Canada.

Les dimensions intérieures généreuses permettent d’asseoir cinq personnes à bord. L’espace utilitaire comprend un coffre classique que l’on accède via un hayon à ouverture et fermeture automatique qui permet de loger l’équivalent de 660 litres. Il est possible d’accroitre cette sur surface (jusqu’à 1 725 litres) de chargement en rabattant en tout ou en partie les dossiers de la banquette. Sous le capot avant, Audi aménage un autre compartiment (60 litres de capacité), mais celui-ci profite essentiellement aux câbles de recharge…

Composé d’aluminium et d’acier à haute densité, l’architecture de ce modèle accueillent en son sein deux moteurs électriques entraînant, avec une répartition variable en continu, les quatre roues. Avec une préférence pour l’arrière où l’équivalent de 210 chevaux assure les mobilités standard en mode propulsion. Lorsqu’il faut faire plus, l’autre moteur fort de 170 chevaux vient entraîner les roues avant, passant de fait en traction intégrale pour procurer jusqu’à 360 chevaux cumulés. Une fonction « boost » permet pendant 8 secondes aux moteurs de délivrer 408 chevaux.

Bénéficiant d’une répartition idéale de ses masses et d’un centre de gravité peu élevé, l’e-tron se révèle une routière étonnante considérant son poids (2,5 tonnes) et ne rechigne pas d’être conduite sportivement. Son mode d’entraînement typé « propulsion » (roues arrière motrices) lui permet même de se mettre à l’équerre dans les virages si bon vous semble. Une envie qui ne traversera sans doute pas l’esprit de ses utilisateurs comme celle d’amener ce véhicule sur des terrains moins praticables. Mais l’e-tron peut le faire, et ce avec une facilité impressionnante. Son rouage à quatre roues motrices se met non seulement en fonction de manière imperceptible, mais avec une rapidité (5 millisecondes contre 100 pour un rouage mécanique classique) qui laisse pantois. L’ère électrique augure de belles possibilités.

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

2019 Audi e-tron Quattro | Photo: Audi

À Propos Éric Lefrançois

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*