Accueil / Essais Routiers / Premier essai Dodge Challenger GT 2017 : quatre roues de motricité

Premier essai Dodge Challenger GT 2017 : quatre roues de motricité

Si vous êtes comme moi, une voiture est bien plus qu’un simple moyen de transport. Si c’était possible, vous auriez des dizaines de voitures, mais les réalités financières font en sorte qu’il faut faire des choix. Jetons un coup d’oeil, par exemple, au segment pony car qui sont à la base des jouets, mais des jouets qui peuvent servir à plusieurs sauces. Les récentes Mustang, Camaro et Challenger sont bondées d’aspects de sécurité et d’équipement pour les rendre le plus utile possible.

Si vous êtes comme moi, une voiture est bien plus qu’un simple moyen de transport. Si c’était possible, vous auriez des dizaines de voitures, mais les réalités financières font en sorte qu’il faut faire des choix. Jetons un coup d’oeil, par exemple, au segment pony car qui sont à la base des jouets, mais des …

Evaluation Sommaire

Performance
Driving experience
Comfort
Security
Roominess
Prestige

Votre évaluation: Soyez la première à évaluer ce véhicule!

De nos jours, une d’entre elles se démarque pour bien des raisons autres que seulement son look rétro. Lors d’une enquête auprès de ses clients, les gens du groupe FCA ont découvert qu’un grand nombre de propriétaires de Charger, la berline familiale de Dodge, auraient préféré une Challenger, mais ils recherchaient d’abord et avant tout la traction intégrale. Eh bien voilà que FCA a réglé le problème en un temps, trois mouvements avec la toute nouvelle Dodge Challenger GT 2017 à rouage intégral.

La Dodge Challenger GT 2017 est devenue le joujou 4-saisons idéal grâce à la présence du système à traction intégrale à répartition active et variable du couple avec désaccouplement complet de l’essieu avant. Au lancement de la voiture, nous avons non seulement parcouru des routes de campagne mouillées et enneigées, mais nous nous sommes follement amusés sur la piste glacée du Club Motorsports à Tamworth, dans le New Hampshire.

J’ai découvert une Challenger en cours de route qui est particulièrement à l’aise sur les chaussées glissantes, mais ce n’est pas sans compromis. Les composantes du système de traction intégral ajoutent près de 90 kg (200 lb.) au poids de la grosse Dodge à deux portes. Dans le but de contrer et contrôler les kilos supplémentaires, FCA s’est tourné vers la Charger de police (Pursuit) à qui l’on a emprunté des composantes de suspension.

Le résultat est bon, et moins bon. La nature sportive de la plateforme LX (version nommée LA dans le cas de la Challenger) se retrouve en avant plan sur une route lisse. Plus précisément, je décrirais la conduite et la stabilité de la GT comme étant supérieure à une R/T. Malheureusement, l’envers de la médaille est un roulement saccadé et déplaisant sur une route moins que parfaite. Les ressorts hyper rigides limitent le débattement et une promenade à New York ou Montréal vous incitera à prendre rendez-vous avec votre chiro.

De plus, l’unique groupe propulseur offert, soit le V6 de 3,6 litres et sa boite automatique à 8 rapports, n’est qu’à peine suffisant pour s’amuser. Les 305 chevaux et 268 lb-pi de couple ne deviennent disponibles qu’à haut régime. Disons que sur une piste de « drag », on ne fera pas peur à personne. L’hiver, par contre, tous les autres véhicules du genre feront du sur place.

La boite de transfert de la GT avec embrayage multidisque peut transmettre un maximum de 38% du couple du moteur aux roues avant. La seule manière d’activer manuellement la traction intégrale est de sélectionner le mode de conduite Sport. Autrement, la voiture mesure les conditions routières, les exigences du chauffeur et aussi la température ambiante et s’ajuste. Lors de notre journée d’essai, le thermomètre n’a jamais passé la barre des 42 degrés Fahrenheit, ou 6 dégrés Celsius, donc nous étions toujours en mode “4-pattes”.

FCA s’est assuré que la Challenger GT soit agréable à piloter particulièrement quand vient le temps de la mettre de travers. Le contrôle de stabilité peut être complètement désactivé et lorsqu’entre de bonnes mains, il est possible de faire dérapper la voiture sans aucune difficulté et de bien contrôler ses dérapages. La combinaison du régime moteur élevé et la répartition du couple rendent le sous-virage possible qu’en instance d’erreur de pilotage.

Aussi agréable qu’elle peut être à conduire, ce que j’aime toujours chez la Challenger est son look d’enfer. En version GT, des jantes singulières de 19 pouces et un nombre de touches uniques s’ajoutent sans oublier les écussons GT sur les ailes avant.

L’habitacle est spacieux et convivial et j’ai un faible particulier pour l’odeur intérieur de cette FCA. Le niveau d’équipement de série est rehaussé par des sièges et un volant chauffants sans oublier le superbe système Uconnect et le nouvel affichage de l’écran de 8,4 pouces.

À 38 545$, la Challenger GT est une aubaine en ce qui a trait à un jouet toutes saisons pour adultes. Si vous êtes à l’aise avec son comportement routier parfois regrettable, vous allez adorer courser contre les Mustangs et Camaros chaque hiver.

À Propos Mathieu St-Pierre

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*