Accueil / Essais Routiers / PREMIER ESSAI: Chevrolet Traverse 2018

PREMIER ESSAI: Chevrolet Traverse 2018

 

Vous avez surement remarqué à quel point les manufacturiers automobiles investissent dans la publicité. Il n’est donc pas surprenant de constater l’importance des départements de marketing, et l’impact qu’ils ont sur les activités de la compagnie. Vous pouvez donc vous imaginer qu’un lancement d’un nouveau produit, comme celui auquel j’ai assisté pour le nouveau Traverse, nous bombarde de slogans, d’idées préconçues et même de messages subliminaux.

Tout cela pour dire que je m’assure de ne jamais tomber dans le piège, sauf exceptionnellement pour cette fois-ci. Le thème de l’événement proposait que le nouveau Traverse de Chevrolet est un « Centre de Commande Mobile ». Pour une famille moyenne, ceci en dit long sur l’importance du mode de transport de ladite famille.

Chevrolet en on mit le paquet, en bon Français. Non seulement on t-il intégré toutes les technologies rendues nécessaire en 2018, mais on réussit à faire du nouveau Traverse un gros véhicule agréable à conduire. Bien au contraire de son frère jumeau non identique, l’Acadia de GMC, le Chevy satisfait et même dépasse les attentes.

Style gros VUS Chevrolet

La galerie du Traverse 2018 démontre un utilitaire multisegment bien plus costaud et sur de lui-même qu’il l’était anciennement. C’est tout à fait normal, car les designers se sont inspiré des Tahoe et Suburban pour son esthétique plus « truck ». En fait, sur ce point, le bon vieux Chevy se démarque de son frère né GMC…

Même en version LS de base, la Traverse démontre une belle prestance qui ne fait que s’améliorer. Chevrolet propose de nouvelles déclinaisons pour 2018 dont les plus notables sont le High Country, haut de gamme et le RS uniquement disponible avec le moteur turbocompressé de 2,0 litres et la traction avant. Une édition spéciale nommée Redline (sera disponible sur l’Equinox et le Trax aussi) ajoute à la version Premier des accents de chrome noirs, des jantes noires lustrées et des feux arrière teints. Pour la somme 995$, l’effet est réussi.

Tout le monde à bord

C’est bien connu qu’un multisegment à trois rangées n’existe comme alternative à une minifourgonnette. Malgré que ceci demeure toujours impossible, le Traverse fait de son mieux accommoder tout le monde, et une panoplie d’effets.

La version LS dispose de trois vraies banquettes pour accueillir huit passagers dans un confort non négligeable. Dès le LT, à moins de sélectionner l’option huit-place chez le LT, toutes les versions se contentent de sièges capitaines à la 2e rangée. Ces derniers sont idéals pour tous les gabarits et s’escamotent pour l’accès vers l’arrière sans toutefois nécessiter que l’on enlève le siège de bébé. La 3e banquette fait un bon boulot puisque même un grand garçon comme moi peut y prendre place et se mettre à son aise.

Le coffre est volumineux et il va sans dire qu’il le devient encore plus une fois les banquettes repliées. En fait, le Traverse offre 651 litres d’espace derrière la 3e rangée, sans compter le bac sous le faux plancher. À l’avant, les vides poches sont nombreux et comprennent un compartiment de rangement verrouillable et un port USB derrière l’écran de 8 pouces.

De la technologie

Le thème « poste de commande » prend tout son sens lorsqu’on s’attarde sur la liste d’accessoires de série, et en option.

Tous les Traverse 2018 sont équipés de l’excellent système multimédia et de connectivité Chevrolet MyLink. L’écran tactile dispose de 8 pouces (7 chez le LS) d’affichage ce qui rend la lecture des menus plutôt simple. Parmi les ceux-ci, on retrouve Apple CarPlay, Android Auto, et une connexion 4G LTE avec point d’accès WIFI pour un maximum de sept appareils compatibles.

Ensuite, on doit parler de sécurité. Le Traverse se veut une semi-forteresse sur roues. Il est doté d’une série d’alerte et d’aides à la prévention de collision, de systèmes de détection et de radar. Il offre même un aspect « Jeune conducteur » qui active automatiquement tous les accessoires de sécurité et le logiciel à bord peut même vous indiquer le comportement de votre ado.

Le gros routier

Il est vrai que le Traverse de Chevrolet est un gros véhicule, mais son comportement routier n’est pas pour le moins affecté de façon négative. Le V6 de 3,6 litres (qui comptera pour 95% des ventes) est révisé pour le millésime 2018 et produit dorénavant 310 chevaux et 266 lb-pi de couple. La bonne nouvelle est que la boite automatique de série à 9 rapports s’avère douée et raffinée.

Que ne fut ma surprise alors que je tentais de bafouer la transmission en jouant du pied droit, mais en vain. Elle est parfaitement calibrée, répondant très efficacement aux demandes du conducteur. Selon la version, la traction avant est de série et l’intégrale, en option. Il va sans dire que le supplément de $3,000 pour ce droit en vaut le cout. N’oubliez pas de placer la molette de modes de conduite à « AWD » pour jouir de la traction intégrale.

Sur la route, le Traverse se porte lourdement et avec un roulement sain et doux. Il ne « flotte » pas, mais presque sur les routes accidentées. Le réglage des suspensions permet une tenue de route amusante – j’en ai fait l’expérience sur une route sinueuse et serrée et j’avoue avoir eu du plaisir!

Le freinage est vif et la direction électrique se comporte bien. Seul bémol à la conduite est la visibilité ¾ avant qui, selon votre taille, pourrait être sérieusement entravée par les énormes piliers « A ».

La valeur

La version LT à traction intégrale comptera pour plus du tiers des tous les nouveaux Traverse vendus, et avec raison. À $42,195, ce dernier combine tous les éléments nécessaires pour un Centre de Commande familiale en 2018 sans oublier l’équivalent d’une caverne d’espace et, en plus, n’est pas mauvais à conduire.

La gamme de prix varie de $34,895 à $58,495 pour la version High Country. Le Traverse 2018 de Chevrolet se retrouve déjà en concessions.

À Propos Mathieu St-Pierre

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*