Essai Routier Mazda CX-5 2013 – Quelle gueule!

Mazda CX-5

Dans le segment des véhicules utilitaires sport compacts, Mazda se devait de remplacer son modèle Tribute par un VUS plus moderne, économique et amusant à conduire. Après tout, cette catégorie de véhicule est l’une des plus populaires de l’industrie automobile et la compétition est féroce. Le Tribute n’avait tout simplement pas une personnalité assez distinctive pour se démarquer de ses rivaux. Avec l’arrivée du Mazda CX-5, le manufacturier japonais peut maintenant se battre à armes égales avec les Honda CR-V, Nissan Rogue, Toyota RAV4, Subaru Forester, Ford Escape, et j’en passe.

Notre utilitaire sport préféré au niveau du style extérieur était le Mitsubishi RVR, jusqu’à l’arrivée sur le marché du Mazda CX-5 l’an passé. Avec sa calandre agressive et ses proportions parfaites, le CX-5 est une pure réussite visuelle.

L’habitacle du Mazda CX-5 2013 nous a charmés dès notre premier contact avec son ergonomie, la qualité des matériaux employés dans son élaboration et le style très germanique de la console centrale et du tableau de bord. Les manufacturiers asiatiques ont tendance à en mettre un peu trop dans la conception de leurs habitacles. Certaines peuvent aimer, mais personnellement je préfère la sobriété et l’élégance et c’est ce que l’on retrouve à l’intérieur du Mazda CX-5 2013.

Les sièges en cuir noir de notre modèle GT étaient rehaussés de coutures rouges qui rajoutaient un élément sportif à la conception intérieure.

Malgré la hauteur du CX-5, la position de conduite idéale se retrouve rapidement tandis que le véhicule offre une excellente visibilité ce qui facilite autant les manœuvres en ville que les dépassements sur autoroute. La caméra de recul offerte à partir de la version GS permet de reculer le Mazda CX-5 avec assurance et de stationner avec confiance.

L’espace pour les passagers arrière est dans la bonne moyenne et justifie l’achat d’un véhicule de cette taille. De plus, le coffre, avec ses 966 litres, est large et profond et surtout très pratique. À l’intérieur, de nombreux espaces de rangement facilitent la vie des passagers. En bref, il y a très peu à dire en ce qui concerne l’habitacle du Mazda CX-5 2013 sauf qu’il s’agit de l’un des mieux réussis de sa catégorie.

Fidèle à sa philosophie Zoom-Zoom, le Mazda CX-5 2013 est un véritable plaisir à conduire. Sa tenue de route est précise, sa direction juste assez ferme, et sa suspension est en mesure d’affronter les routes sinueuses avec confiance tout en demeurant confortable au quotidien. D’ailleurs, le Mazda CX-5 n’est peut-être pas le VUS compact le plus confortable de sa catégorie, mais il combine à merveille performance et quiétude.

Cela étant dit, nous avons été quelque peu déçus des deux moteurs SKYACTIV offerts avec le CX-5 2013. Le premier, un moteur 2.0 litres de 155 chevaux, avait été critiqué lors de l’arrivée du véhicule pour son manque de punch. Afin de remédier à la situation, Mazda offre un deuxième moteur SKYACTIV, celui-là de 2.5 litres et d’une puissance de 185 chevaux. C’est mieux que le moteur propulsant la version GX, mais nous avons tout de même l’impression qu’un gros élastique se trouve derrière le véhicule et le retient. Une vingtaine de chevaux de plus aurait été idéale. Néanmoins, la force des moteurs SKYACTIV est l’économie d’essence et à ce niveau, le Mazda CX-5 ne déçoit pas. La consommation d’essence moyenne du CX-5 à moteur 2.5 litres à traction intégrale est de 7.5 litres aux 100 kilomètres, ce qui est excellent pour un véhicule de cette catégorie.

Nous n’avons pas été en mesure de dupliquer cette économie lors de notre essai, mais il faut savoir que nous étions en période hivernale. Difficile de mesurer la consommation réelle d’une voiture dans ces conditions.

Hiver

Le Mazda CX-5 2013 est disponible avec la traction intégrale tandis que la traction avant est offerte de série. Si vous conservez la configuration de base, sachez que le seul avantage en conduite hivernale sera la garde au sol élevée. Par contre, avec la traction intégrale, le CX-5 devient un réel plaisir à conduire l’hiver. Ni les bancs de neige, ni les routes enneigées ne vous arrêteront. Il faut bien sûr s’assurer d’avoir de bons pneus d’hiver par contre.

Élégant et dynamique, nous avions bien aimé le Mazda CX-5 2013. Son habitacle ne fait qu’améliorer l’expérience de conduite. Par contre, nous aurions aimé un peu plus de punch de la part des moteurs, mais bon, au moins ils sont frugaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here