Essai, Mazda3 GT 2015, saisissante

Comment se tromper? La Mazda 3 est la voiture la plus primée de l’histoire par l’Association des journalistes automobiles du Canada. Depuis les débuts de Mazda dans le segment des compacts, l’entreprise s’est toujours distinguée par un élément essentiel, l’agrément de conduite.

Mazda 3 GT Berline 2015
Mazda 3 GT Berline 2015

[review]

Les personnes qui aiment se retrouver derrière un volant seront littéralement au paradis dans une Mazda 3 et ce fait est d’autant plus vrai dans sa livrée GT avec une boite manuelle. Pour mon plus grand plaisir, c’est exactement cette version que j’ai à l’essai.

Kodo

Les Mazda ont toujours un petit quelque chose de sportif dans leurs lignes. Depuis l’avènement du langage stylistique Kodo, c’est d’autant plus vrai. On arrive avec des formes qui brillent par leur fluidité et leur dynamisme. Le regard des blocs optiques se montre perçant et ce trait brisé de DEL lui donne une apparence distinctive.

La silhouette va à la même école. Ici, ne penser pas trouver de lignes anonymes, au contraire, les designers lui accorde de beaux plis aux parois qui sculptent les panneaux. L’essentiel se manifeste par un coup de fouet au bas de caisse qui suit parallèlement le cadre inférieur de la fenestration. On obtient ainsi un sentiment que l’arrière est relevé.

Pour ce qui est de la poupe, on découvre un coffre très court et tronqué. Bien que l’ouverture soit restreinte, la largeur et la hauteur compensent amplement. On adopte aussi des feux étirés qui s’harmonisent bien avec l’allure générale de la 3. À ce sujet, il me parait évident que l’on peut faire un point de similitude avec l’Audi A3. Contrairement à ce que plusieurs pourraient croire, s’il y a une entreprise qui à copier l’autre, c’est Audi et non pas Mazda. Le plagiat est une flatterie que l’on dit!

Des airs d’Allemande

Les compactes et la Mazda 3 en tête offrent des présentations intérieures de plus en plus intéressantes. On jouit d’un style qui est fort sympathique et qui dans le cas présent adopte certainement des airs d’Allemandes, pour ne pas dire BMW, avec son écran déposé sur le sommet. Il est évident que c’est une mode de configuration qui se généralise dans l’industrie automobile et d’un côté, il est rafraichissant de voir Mazda démocratiser cette perspective qui est réservée à des voitures coutant deux ou trois fois son prix!

Avec la nouvelle génération de produit, Mazda arrive avec une finition qui est sans reproche. Contrairement à plusieurs compétiteurs, on utilise que des matériaux de première qualité et agréables au touché. On mélange bien les textures sans tomber dans l’excès. Tout est très bien dosé.

Pour ce qui est de l’espace, c’est saisissant. Bien que compacte, en aucun temps on n’obtient une impression de justesse. On prend nos aises à l’avant et aussi à l’arrière. Les dégagements sont légèrement supérieurs à la moyenne de catégorie, un fait très pertinent et pratique pour les acheteurs qui ont des enfants ou des amis à trimbaler!

Pour ce qui est du coffre, c’est assez généreux avec 350 litres. Les personnes qui ont des besoins plus importants peuvent se tourner vers la version Sport à hayon, qui elle compte sur 572 litres de base.

Puissance et frugalité

En matière de motorisation, Mazda n’a qu’un seul mot en tête et c’est SkyActiv. Dans le cas de la 3, on propose deux choix de L4, un 2.0L et un 2.5L. Pour mon essai, j’ai la version 2.5 litres, la plus puissante avec ses 184 chevaux et 185 lb-pi de couple. Dans le segment, il s’agit de l’une des plus généreuses cavaleries, une réalité qui n’est pas sans intérêt. Juxtaposé à une boite manuelle à six rapports, on obtient presque la recette du bonheur. Ce petit moulin est vraiment très agréable. Pour une rare fois, l’on réussit à maintenir un bel équilibre entre la force et l’économie de carburant. Sans dire qu’il est véloce, il permet à la 3 une grande agilité sur la route. On joue un peu avec les révolutions du moteur et l’on découvre à quel point il est souple et compétent. Ce qui est d’autant plus impressionnant, c’est la consommation d’essence. Au terme de mon essai, j’ai obtenu une moyenne de seulement 6.7 litres.

Un beau grand sourire

Conduire une Mazda, quelle qu’elle soit est toujours un plaisir. Mazda connaît la recette. La sportivité coule dans les veines de cette voiture. La direction est très précise et pointe à merveille à la moindre sollicitation. Il en va de même pour le travail des suspensions. Certains diront qu’elles sont un peu fermes, mais il s’agit là d’un élément essentiel à une tenue de route soutenue. La 3 reste toujours très stable en virage. Il est difficile de ne pas jouer de dynamisme lorsque l’on se retrouve derrière son volant.

Bien que clairement orientée vers le plaisir de conduire, elle n’en est pas moins une très bonne routière. Son équilibre et sa qualité généraux font que l’on peut rouler des heures durant sans ressentir la moindre fatigue. En fait, après deux heures d’autoroute, on veut juste prendre des chemins sinueux pour s’amuser encore!

Conclusion

Comme vous pouvez le voir, la Mazda 3 n’a pas vraiment de défaut. Je sais que c’est une affirmation forte, mais c’est la réalité! Bien que presque parfaite, il faut toutefois bien choisir sa version et ce ne sont pas les options qui manquent dans cette gamme. Ma GT d’essai qui était très bien équipé se détaillait à 25 995 $. Pour la qualité du produit que l’on obtient, c’est presque une aubaine. Vraiment, la Mazda 3 mérite l’ensemble de ses reconnaissances!

Mazda3 GT berline 2015: 25 995 $

Moteur : L4 2.5 litre

Puissance : 184 chevaux à 5 700 tr/min

Couple : 185 lb-pi de 3 250 à 6 500 tr/min

Transmission : Manuelle à six rapports

Consommation (Ville) : 9.3 l/100km

Consommation (Route) : 6.4 l/100 km

Consommation (Observée) : 6.7 l/100 km

Images Mazda 3 GT Berline 2015

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here