Accueil / Essais Routiers / ESSAI ROUTIER: Audi A5/S5 Cabrio 2018

ESSAI ROUTIER: Audi A5/S5 Cabrio 2018

Un coupé peut bien perdre la tête de temps en temps. Or, comme les A5/S5 de 2e génération ont été dévoilées l’automne dernier, voilà que leurs sœurs décapotables se pointent en haussant elles aussi d’un cran leur allure sportive. Mais juste d’un cran, pas deux. Oui, la grille aux anneaux s’affirme davantage, droite et élargie, le capot nervuré fait le coq, les flancs sont parcourus de muscles joliment sculptés mais, puisqu’il a fallu attendre 10 ans avant le renouvellement de ces A5/S5, d’aucuns diront que cette 2e génération aurait pu se permettre plus d’audace.

Audi S5

Un coupé peut bien perdre la tête de temps en temps. Or, comme les A5/S5 de 2e génération ont été dévoilées l’automne dernier, voilà que leurs sœurs décapotables se pointent en haussant elles aussi d’un cran leur allure sportive. Mais juste d’un cran, pas deux. Oui, la grille aux anneaux s’affirme davantage, droite et élargie, …

Evaluation Sommaire

Performances - 92%
Agrément de conduite - 94%
Confort - 94%
Sécurité - 95%
Espace intérieur - 88%
Prestige - 93%

93%

Votre évaluation: Soyez la première à évaluer ce véhicule!

On leur répond que puisque le dessin original avait été signé par Walter de Silva, et que le célèbre designer s’en était lui-même montré très fier, ses élèves n’ont peut-être pas trop voulu défigurer l’œuvre du maître…

Enfin, pour différencier rapidement une A5 d’une S5, vous devrez repérer les badges, les roues Cavo à 5 raies, le boîtier en alu des rétroviseurs et le quadruple échappement. Sinon, les deux cabriolets se parent d’un chic toit en toile (noir, rouge, gris ou sable) entièrement motorisé (15 secondes pour l’ouvrir, trois de plus pour la fermer), capable d’être actionné en mouvement (de 6 à 50 km/h) en effleurant brièvement un interrupteur (au lieu de devoir garder son doigt dessus, évitant ainsi une distraction supplémentaire) et dont les ingénieurs ont revu la triple épaisseur afin d’étouffer les bruits extérieurs et de mieux résister aux assauts de l’hiver.

Et, bonne nouvelle, la capacité de chargement du coffre a gagné une centaine de litres par rapport à l’ancien modèle, soit 380 ou 320 litres selon la position de la capote.

Quoi surveiller

Design toujours élégant mais un peu trop évolutif

Coupe-vent pratique mais qui condamne les places arrière

Comportement distinct entre A5 et S5

 

Modèles concurrents

BMW Série 4 Cabriolet, Mercedes-Benz Classe C Cabriolet

 

Comment se comporte-t-elle sur la route?

Les Audi A5/S5 2018 décapotables destinées au Canada se partageront deux moteurs alors que plusieurs autres, incluant des Diesel, circulent en Europe. Le 2,0L TFSI fournit désormais 252 chevaux (et 273 lb-pi de couple) au lieu des 220 de la précédente version. On peut l’associer au choix à une boîte manuelle à 6 vitesses (elles se font de plus en plus rares celles-là !) ou à une transmission à double embrayage S tronic à 7 rapports. Comptez environ 6,3 secondes au chrono du 0-100km/h.

Pour sa part, le V6 3,0L TFSI prêté aux modèles S5 produit 354 CV (au lieu de 333) et 369 lb-pi de couple. Jumelé à une Tiptronic à 8 vitesses et mode manuel, ce moulin procure un impressionnant 0-100 km/h de 5,0 ou 4,7 secondes, selon la livrée. Il va sans dire que toutes les Audi A5/S5 2018, peu importe leur configuration, sont dotées de la fameuse traction intégrale quattro.

Les ingénieurs ont quelque peu gommé les aspérités sportives de la A5 pour davantage insister sur la douceur de roulement (qui rime avec la finesse et le luxe de l’habitacle) et sur la sécurité (les systèmes d’alerte pullulent, plus d’une trentaine !). Il faut passer à la S5 pour mettre de côté cet embourgeoisement et tirer profit de la suspension adaptive et du grondement qui éclipse celui du 4-cylindres.

La S5 peut bénéficier d’un différentiel sport qui contrôle mieux la roue arrière située à l’extérieur d’une courbe, tandis que les différences entre les programmes de conduite proposés par l’interrupteur Audi Select (Confort, Auto et Dynamique) sont davantage perceptibles qu’au volant de la A5.

Dans son ensemble, la famille bénéficie d’un châssis MLB Evo qui a perdu au moins 40 kg par rapport au précédent, tout en améliorant sa rigidité de 40% dans le cas du cabriolet, ce qui est une bonne chose quand l’intégrité structurale doit se passer d’un pavillon rigide.

Doit-on allonger les 10 000$ qui séparent une A5 de base dite Progressiv (62 500$) d’une S5 d’entrée de gamme (72 500$) ? Franchement, ça dépend à quel point vous êtes accro à l’adrénaline. Puisque l’allure extérieure des deux cabrios s’avère très similaire, il faudra voir si le 4-cylindres moins performant de la A5 (vitesse maximale bridée à 209 km/h) et musicalement moins viril vous paraîtra fade par rapport au vrombissement guttural de la S5 et sa vitesse de pointe de 250 km/h.

Est-ce qu’elle est confortable?

La suspension à cinq bras (aux deux extrémités) musèle constamment les irrégularités de la route. Même la S5 affiche un petit côté tendre qui ménage les vertèbres de ses occupants. Mais le véritable confort à bord d’un cabriolet se vérifie quand on rabat son toit. Et là, Audi a pris des mesures intéressantes.

Ainsi, pour prolonger les balades à ciel ouvert même quand la météo rouspète, Audi s’est inspirée du Airscarf de Mercedes-Benz pour nouer autour du cou du conducteur et de son passager avant un foulard d’air chaud qui s’échappe de buses placées au sommet du dossier. L’interrupteur du système, à trois degrés de ventilation, est facilement repérable dans le module de climatisation du beau tableau de bord.

Audi S5

Par ailleurs, pour rendre les conversations au téléphone mains libres plus audibles quand l’auto roule sans couvre-chef, les ceintures de sécurité avant intègrent jusqu’à quatre pastilles qui sont en réalité des mini microphones !

Est-ce qu’elle est spacieuse?

Audi a veillé sciemment à rehausser l’habitabilité des A5/S5 Cabrio 2018. La longueur hors tout et l’empattement ont respectivement gagné 47 et 14 millimètres afin d’améliorer le sort des passagers. Et, on l’a dit, ces décapotables offrent tout de même de la place pour quatre occupants, ce qui n’est pas à dédaigner. Mais il y a un hic : vous pouvez atténuer les désastres causés par les manifestations éoliennes à votre mise en pli en installant le pare-vent qui était jusqu’ici caché sous le plancher du coffre à bagages.

Son effet est réel, la tornade dans l’habitacle diminuant de moitié au moins. Le problème, c’est que l’utilisation du pare-vent condamne de facto l’accès à la banquette. Vous voilà maintenant aux commandes d’un biplace. Ne vous reste plus, tant qu’à être égoïste, qu’à rabattre les deux dossiers symétriques (50/50) de la banquette pour faire profiter à vos bagages de cet espace supplémentaire, pendant que vos passagers débinés héleront un taxi…

Conclusion

Si on oublie le pare-vent deux minutes, l’espace à bord est plus généreux que celui des rivales germaniques. Et pour le plaisir de conduire, les Audi s’insèrent entre celles-ci, à moins de vouloir comparer avec une Mercedes-AMG C63 S Cabriolet de 503 chevaux !

Les Audi A5/S5 Cabriolet 2018 arriveront chez nous dans le courant de l’été, en même temps que les deux coupés et les deux nouvelles Sportback, un tandem de berlines à hayon qui avait été jusqu’ici cantonné à l’Europe. L’embarras du choix n’aura jamais été aussi cornélien !

À Propos Michel Crépeault

Laissez une Réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiéeLes champs requis sont indiqués *

*