7 conseils pour acheter une voiture d’occasion au Québec

Acheter une voiture ne se fait pas sur un coup de tête ! Pour la plupart d’entre nous, c’est un achat réfléchi, un investissement important qui ne doit pas être pris à la légère. Pour vous aider dans votre choix, voici 7 conseils indispensables à prendre en compte

1)      Définissez vos besoins et votre budget

Posez-vous d’abord les questions suivantes avant de vous engager : quels usages allez-vous en faire ? Allez vous l’utilisez juste pour la ville ? Juste en semaine ? Avez-vous prévu une place de stationnement? Combien vous coûtera réellement votre voiture ? Tenez compte des dépenses pour le permis de conduire,  l’assurance, le changement de pneus, l’immatriculation, l’entretien, le gaz et les éventuelles réparations. Une fois que vous aurez une idée de vos dépenses moyennes annuelles, vous pouvez les répartir sur 12 mois pour avoir une idée des dépenses mensuelles. Par la suite, vous pourrez confronter vos dépenses à votre budget mensuel pour la voiture et établir un plan de financement. Si vous allez contracter un prêt, il existe plusieurs comparateurs sur internet pour vous donner le meilleur taux hypothécaire .

2)      Renseignez-vous sur vos droits

Soyez informé de vos droits et des lois qui assurent votre protection auprès de l’Office de la protection du consommateur (OPC).

3)      Consultez les prix du marché

Grâce à internet, il vous est possible d’avoir de l’information en masse sur les prix du marché automobile en fonction du kilométrage, de l’état, de l’année et des équipements de la voiture. Faites-vous une idée des prix pour mieux négocier.

4)      Vérifiez le profil du commerçant

Sur le site de l’Office de la protection du consommateur (OPC), vous pouvez savoir, en inscrivant le nom de l’entreprise, si le marchand a fait l’objet d’une plainte d’un consommateur durant les deux dernières années et s’il a été pénalisé par l’OPC pour une infraction lors des cinq dernières années.

L’OPC  stipule que «l’existence de plaintes ne signifie pas que l’on soit en présence d’un commerçant à problèmes. Il y a lieu de considérer l’importance de l’entreprise, le nombre de ses commerces, le nombre des transactions qui y sont effectuées. Une pondération est alors nécessaire. L’absence de plaintes ne doit pas non plus être interprétée comme une appréciation de l’Office quant à son honnêteté ou à sa compétence».

5)      Vérifier l’historique de la voiture

Envoyez une «demande de dossier» à la Société d’assurances automobile du Québec (SAAQ). Il faudra pour cela le numéro d’identification du véhicule convoité. Ce service coûte 11$. Pour savoir si le véhicule a été accidenté, si le kilométrage a été trafiqué ou, s’il a été volé, CarProof pour obtenir un rapport, au coût de 50$. Il faudra  le NIV.

6)      Demandez au moins deux essais routiers

Effectuez deux essais routiers, un le jour et un autre le soir. Le concessionnaire ne peut pas vous les refuser. Dans le cas contraire, allez ailleurs. Vous aurez la capacité d’observer et évaluer non seulement les réactions du moteur, les freinages, les accélérations, les angles morts, mais aussi l’éclairage intérieur et extérieur du véhicule (phares et des lumières clignotantes.)

7)      Exigez un contrat écrit

Au Québec, le contrat écrit n’est pas obligatoire. Exigez-le toutefois, il vous protégera contre les arnaqueurs. Ils sont disponibles sur Protégez-vous.com et sur le CAA-Québec.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here