GM présente le Chevrolet K5 Blazer-E 1977

1977 Chevrolet K5 Blazer-E | Photo: Chevrolet

Le constructeur Chevrolet a du nouveau pour les amateurs d’électrification, surtout ceux et celles qui s’intéressent à convertir leur véhicule antique à la propulsion électrique. En effet, le prototype Chevrolet K5 Blazer-E 1977 jumelle tous les merveilleux attributs du 4×4 du siècle dernier au potentiel d’une motorisation électrique zéro émission.

D’ailleurs, ce prototype se veut également une belle occasion pour Chevrolet de parler de ce groupe motopropulseur purement électrique – baptisé Electric Connect and Cruise Package dans la langue de Shakespeare – qu’entend offrir la marque au nœud papillon à partir de la deuxième moitié de 2021 sur le marché de la pièce de remplacement. Cette nouvelle option sera offerte aux participants du SEMA360, l’exposition virtuelle qui ouvre ses « portes » au public du lundi 2 novembre au vendredi 6 novembre.

« Alors que GM présente une nouvelle flotte de véhicules électriques, cela crée une opportunité passionnante d’amener la technologie électrique sur le marché secondaire […] Notre vision est d’offrir une gamme complète de systèmes Connect and Cruise de Chevrolet Performance,  offrant une solution pour chaque client allant des V8 LSX aux conversions eCrate », a déclaré Jim Campbell, vice-président de la performance et du sport automobile chez GM.

L’utilitaire Chevrolet K5 Blazer-E conserve son design d’antan à l’extérieur comme à l’intérieur. Quoique l’écusson « EV » installé à même les lettres C-H-E-V-R-O-L-E-T sur le hayon du camion constitue une belle touche. C’est plutôt sous le capot et même dans la boîte de chargement que la technologie électrique confirme qu’il s’agit bel et bien d’un véhicule propulsé par les électrons.

Chevrolet affirme que 90 % des composantes électriques issues de l’ensemble eCrate proviennent d’une Chevrolet Bolt. Le moteur de la voiture électrique est accouplé à une boîte automatique à quatre rapports provenant du catalogue de Chevrolet Performance. Tout le reste du train roulant demeure intact, comme en 1977 à sa sortie de l’usine. La batterie de 400 volts est également empruntée à la Bolt, cette dernière qui vient avec une capacité de 60 kWh.

Le camion est équipé d’une colonne de direction assistée, d’une pompe électrique qui gère le système de freinage d’origine, ainsi qu’un contrôleur électronique pour alimenter les jauges d’origine du Blazer, l’état de la charge du bloc de batteries qui est illustré par l’ancienne jauge à essence.

L’ensemble Electric Connect and Cruise comprend le bloc de batteries de 60 kWh, le moteur de 200 chevaux, un onduleur DC-AC pour entraîner le moteur, un convertisseur d’alimentation CC-CC pour alimenter les systèmes basse tension, ainsi que les faisceaux de câblage, contrôleurs et pompes à eau pour le chauffage et le refroidissement des batteries.

Et ce n’est pas tout, car la division Chevrolet Performance évalue déjà l’option d’ajouter des ensembles eCrate plus performants, notamment la nouvelle technologie Ultium qui sera implantée à bord des nouveaux modèles électriques de GM.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here